7 services offerts

  • Contre-visite explicative
  • Croquis de votre logement
  • Rayonnement magnétique
  • Thermographie infrarouge
  • Mise à jour des diagnostics
  • ERNT
  • Radon
thermographie Paris
diagnostic amiante Paris
DEVIS GRATUIT EN LIGNE dpe Paris

Nos départements

04/09/2015 - Baisse des prix de l'immobilier parisien

diagnostic immobilier Paris

D’après Sébastien Lafond, président et cofondateur de MeilleursAgents, interrogé pour le journal Le Parisien paru en septembre dernier, ce serait le moment d’investir dans l’immobilier à Paris.

Une baisse de 11% du marché immobilier est constatée par rapport au marché de 2011, en notant une baisse de - 3,2%, juste sur les douze 12 derniers mois. Cette baisse constatée accompagnée de la réduction des taux d’intérêt d’emprunts qui sont aujourd’hui en moyenne autour de 2%, pour 4% en 2011, permet aux Parisiens d’accroître leur pouvoir d’achat de +16% par la baisse du marché et +9% par la baisse des taux, soit +27% sur les quatre dernières années.

Pour revenir au marché de l’immobilier, il s’agit, bien sûr, d’une baisse moyenne sur tout Paris, sachant qu’il y a au moins 3 arrondissements qui tendent à la hausse : les Ve, IVe et XIIe  arrondissements, qui eux ont augmenté respectivement de +4,4%, +1,3% et de +0,2%.

D’après Sébastien Lafond, la hausse des prix du Ve arrondissement est justifiée par un investissement de choix et non un investissement d’opportunité. Il fait également remarquer qu’il faut être vigilant, car dans une même rue et même adresse, le prix varie en fonction de l’étage et de la situation précise du bien immobilier. Entre un rez-de-chaussée et un dernier étage avec une vue attractive, le prix de vente peut être du simple au double.

D’autres quartiers, en revanche, sont prévus à la hausse d’ici aux quinze prochaines années. Il donc judicieux d’investir aujourd’hui pour gagner en plus-value.

Les quartiers concernés sont : le Xe arrondissement et  le nord du 2e, du XVIIe et du XIXe arrondissement. Toutefois, un dernier point relevé par Sébastien Lafont, il faut que les investisseurs désireux de mettre le bien immobilier en location restent prudents sur le choix de la zone.

En effet, la loi ALUR prévoit très prochainement la mise en place de l’encadrement des loyers pour les habitations principales meublées et non meublées, ou à usage mixte (habitation principale et utilisation professionnelle) et qui sera appliqué pour les biens immobiliers situés en zones tendues (agglomérations de plus de 50 000 habitants où un déséquilibre est constaté entre l’offre et la demande).

Autant dire que près de 70% des locations privées sont susceptibles d’être concernées par l’encadrement de loyer. 


« Retour aux actualités